images/headers/mandigo_header.jpg

Archives pour la catégorie “Carnets taurins”

Signatures François Bruschet et Jacques Durand

Signatures François Bruschet et Jacques Durand

Vernissage de l’exposition à la féria des vendanges de Nîmes 2012. Énormément de monde. Signatures de François Bruschet pour le numéro 3 de Campos y Ruedos et de Jacques Durand pour l’Almaanch à perpet, les Carnets taurins, le Morantissime de la Puebla… Beaucoup d’abonnés à La Page taurine de Jacques Durand. Voir le travail de Carlos Cazalis.

Comments Pas de commentaire »

José Tomás Jerez de la Frontera

José Tomás Jerez de la Frontera

Depuis plus de 10 ans, le photographe mexicain Carlos Cazalis, lauréat du World press Photo Award en 2009, photographie la tauromachie. Voir sa remarquable investigation sur les forcados. Depuis 2007 il scrute José Tomás. Ce qui le pique ? Le fugace, l’éphémère, la soudaineté de la grâce, l’irruption du tragique. Le livre à paraître en 2013 Éphémère/Efimero, éditions Atelier Baie, présentera ce dernier travail.

Exposition les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 sept. 2012 ouverte de 13h à 17h30. Au 7 rue Godin à Nîmes

Comments Pas de commentaire »

Campos y Ruedos 03 ient de sortir

Campos y Ruedos 03 ient de sortir

« D’ici, on n’enverrait pas une carte postale. Ça doit pas exister, d’ailleurs, les cartes postales d’ici. Les blocs de béton le disputent à l’asphalte et aux panneaux publicitaires de magasins qui tiennent plus de la zone désaffectée que du commerce bling-bling des années 2000. D’ici, on n’aperçoit même pas la sierra alentour ; l’horizon n’a pas daigné aller plus loin qu’un vague immeuble en phase terminale de tout. »

Campos y Ruedos 03. José Angulo – Frédéric Bartholin – François Bruschet – Laurent Larrieu – Florent Lucas – Philippe Marchi – Yannick Olivier – Jérôme Pradet – Thomas Thuriès

Comments Pas de commentaire »

Des toros à perpet

Des toros à perpet

Nous sommes en train de construire la page pour les abonnements à la page taurine de Jacques Durand. Sur notre site editions.atelierbaie.fr Merci pour votre confiance. N’hésitez pas à nous poser des questions contact@atelierbaie.fr.

Comments Pas de commentaire »

Chinito de Francia par Daniel Saint-Lary

Chinito de Francia par Daniel Saint-Lary

Nouvelle vague : les années 60-70 voient arriver une génération de jeunes fous de toros qui se lancent dans l’aventure pleins d’enthousiasme et prêts à bousculer le mundillo. Chemins de traverse : le livre retrace les chemins empruntés par Chinito de Francia entre Nîmes, la Camargue, l’Espagne, le Sud-Ouest, l’apprentissage, la montée en puissance, le triomphe, les contrats, les aléas et mésaventures… Chansons de geste : Lucien Orlewski dit Chinito a écrit quelques lettres qui viennent ponctuer les épisodes très illustrés à partir des documents collectionnés par le torero. Dont une lettre particulièrement émouvante à son compagnon de jeunesse Nimenõ II. C’est une traversée du temps et des places taurines. Embarquement immédiat !

Chinito de Francia par Daniel Saint-Lary, 96 pages, format 24 x 33 cm, en quadrichromie, plus de 160 photos et documents, 28 € ttc.

Comments Pas de commentaire »

photo François Bruschet

photo François Bruschet

Jacques Durand signe le samedi son Morantissime de la Puebla au salon de la biographie de Nîmes au Carré d’Art. Eddie Pons signe pour sa part Le Gard illustré, de la collection En long, en large et en travers… Eddie est présent les 3 jours, vendredi, samedi et dimanche, une nouvelle performance du dessinateur !

Le Gard en long en large et en travers Eddie Pons

Le Gard en long en large et en travers Eddie Pons

Comments Pas de commentaire »

les petits cadeaux entretiennent l'amité

les petits cadeaux entretiennent l'amité

On vous les bichonne vos petits et grands paquets. Profitez-en, faites un signe à vos amis qui sont loin ou faites-vous plaisir… Sur le site des éditions Atelier Baie c’est Noël, parce que vous le valez vraiment !

Comments Pas de commentaire »

salon du livre d'Aigues-Mortes 2010

salon du livre d'Aigues-Mortes 2010

À l’occasion du salon du livre d’Aigues-Mortes, l’Atelier Baie rassemble presque tous ses auteurs : François Bruschet, Jacques Durand, Jacques Maigne, Stéphanie Nicolas, Eddie Pons, Valérie Thomas et Claude Viallat pour une signature de leurs ouvrages. Nous vous attendons samedi prochain. D’ici là, portez-vous bien.

Comments Pas de commentaire »

Signatures le 17 septembre 2010

Signatures le 17 septembre 2010

Jacques Durand signera Morantissime de la Puebla et Eddie Pons Le Gard illustré en long, en large… et en travers à la librairie Teissier. Ce vendredi à partir de 15h30 à l’occasion de la féria des Vendanges de Nîmes 2010. Bienvenue à tous !

Comments Pas de commentaire »

Morantissime de la Puebla

Pour le plaisir, nous recopions cet extrait de la chronique d’une corrida du mois d’août 2005 au Puerto de Santa María. Le toro n’est pas du goût de Morante. Il le liquide en deux minutes.
Écoutez ce que dit Jacques Durand :
Le toro tombe. La bronca se lève. Pas une bronca échevelée. Une bronca légitimement protocolaire. Elle n’est pas le fruit de la colère, mais le légume d’une déception métaphysique, sans objet ni support. Elle s’adresse à Morante mais vise la corrida comme conservatoire de l’amertume et sanctuaire de l’affliction.
Vous qui fréquentez les arènes, avez-vous jamais lu plus juste description de la bronca, cette engueulade généralisée ?
Tout le livre est comme ça, plein de trouvailles littéraires, d’images et de fantaisies.
On est à mille lieux des indigestes albums cartonnés, saturés de couleurs vives et de lieux communs. « Morantissime de la Puebla » est à l’image de son sujet : déroutant, excitant, charmant.
Probablement la plus belle réussite de la collection « Carnets Taurins ».
Dessin dHélène Arnal pour « Morantissime… »
première novillada à Guillena en 1994
PS
Page 38, à la fin de la chronique consacrée à une corrida de 2007 à Madrid, Durand raconte l’histoire d’un valet de piste qui, héroïquement, protège le cheval d’un picador désarçonné pendant que le toro pousse. À l’impression, le nom de ce héros à sauté. À bien y regarder, ce n’est sûrement une faute de l’imprimeur, c’est une ultime élégance de l’auteur.
Ce valet de piste s’appelait… Durán !

Comments Pas de commentaire »